J’ai 27 ans, je suis freelance depuis 1 an et j’ai l’impression d’avoir plus appris en 6 mois qu’en 5 ans et demi d’expérience… J’ai enfin fait connaissance avec moi-même ; je me suis rencontrée au détour d’un projet et je me suis découverte grâce à plusieurs rencontres. On me l’avait dit lorsque j’ai fait part de ma décision en 2019, mais je ne le croyais pas réellement…

Aujourd’hui, un an après le lancement d’Intuitive Design, je me rends compte que je me leurrais sur mes souhaits et mes objectifs. Que signifie Intuitive Design ? Une création à l’intuition ? Assez peu précis et très hautain.. Cela donnait l’idée que seule mon intuition comptait, alors qu’en vérité, c’est celle du client qui importe. Et il faut se l’avouer, j’ai surtout choisi ce nom parce qu’à l’époque je n’assumais pas d’être toute petite à coté de mes grands voisins, aux bagages bien fournis, à l’équipe bien présente. Je trouvais que  cette identité « internationale » m’offrait la légitimité qui me faisait défaut. Le truc que j’avais oublié ? Je ne sais pas mentir et je ne sais pas raconter une histoire construite sur des fondations branlantes – autant te dire que mon story-telling était un peu pauvre…

Puis 2020 est arrivée et avec elle de nouvelles résolutions, de nouvelles perspectives ainsi que… UNE histoire, évidente. ET j’ai très envie de te la raconter. On y va ?

Il était une fois

Il était une fois un petit poussin qui rejoignit un jour une couveuse d’entreprise, en Haute-Savoie. Un peu timide, légèrement perdu, le petit poussin ne quittait pas beaucoup son nid par peur de tomber et de casser sa coquille déjà amochée. Avant de sortir s’amuser avec les autres, il devait se soigner. Petit à petit, il finit par retrouver assez de forces pour sortir de son nid et sautiller dans la cour de la couveuse. Puis pour aller explorer la vallée de l’Arve qu’il apercevait à travers la clôture, tout en revenant au nid tous les soirs.

Avec ses explorations, ses découvertes, le petit poussin commençait à se sentir un peu à l’étroit dans sa seule coquille de graphiste. Il décida alors de se construire une nouvelle coquille, à grands coups de crayon : il devint graphiste et illustrateur. Puis, peu de temps après, le poussin rencontra un colibri d’Efficience qui lui parla de facilitation graphique. Qu’est-ce que cela pouvait être ? Ni une ni deux, le poussin prit son baluchon et partit en excursion quelques jours. A son retour de Grenoble, une troisième coquille venait renforcer son bagage : le poussin était devenu graphiste, illustrateur et facilitateur graphique.

Cependant, malgré ces nouvelles compétences, quelque-chose le chagrinait encore et l’empêchait de se sentir entier. Sa première coquille portait toujours ce nom impersonnel d’Intuitive Design. Tous les soirs, le petit poussin s’arrachait des plumes devant ce problème : devait-il continuer d’explorer la vallée de l’Arve avec une coquille qui ne lui allait plus et qui cachait toute son histoire ? Ou devait-il prendre le risque de changer d’identité ? Et s’il le prenait, comment pourrait-il s’appeler ? Il n’aurait pas droit à une troisième chance, cette nouvelle coquille devait être la bonne ! Un nom qui soit authentique, personnel mais aussi accrocheur. Un nom qui dise qui il était plutôt que ce qu’il était, puisqu’il pouvait être beaucoup de choses au final…

Par une nuit d’hiver, une énième nuit où il s’arrachait les plumes sur son problème, la lune se mit à briller très fort, si fort que la neige des montagnes brilla en retour et illumina toute la vallée et toute la Haute-Savoie. Ce fut soudain évident : le petit poussin appartenait à cette région, il voulait travailler avec les structures locales. Et il serait à jamais un poussin un peu rêveur. Immédiatement, il s’activa pour graver son nouveau nom sur sa coquille. Puis, pour la première fois depuis un certain temps, le petit poussin parvint à s’endormir paisiblement.

Au matin, le « poussin de la Yaute » descendit dans la vallée de l’Arve pour se (re)présenter à ses voisins.